• Onguent Du Pacifique

Obsession

Mis à jour : 29 juil 2018

Les mots pour décrire l'eczéma sont très forts: "ma peau est en feu", "je vis un enfer", "ma vie est devenue impossible", "je n'en peux plus", "je vis avec l'angoisse tous les jours", "j'ai perdu toute confiance en moi", "j'en pleure dès que je suis seul(e)", "je suis désespéré(e)", "l'eczéma me pourrit la vie", "des nuits blanches à me gratter jusqu'au sang", "un calvaire", "j'ai peur du regard des autres", ...

L'eczéma est une obsession quotidienne

Tous ces mots décrivent bien l'importance que prend l'eczéma dans la tête de ceux qui en souffrent. Difficile de penser à autre chose. Même quand on y arrive un moment, les démangeaisons sont là pour rappeler l'eczéma à votre bon souvenir.

On essaie de ne pas se gratter, mais c'est impossible. Si on arrive à se retenir dans la journée, la nuit notre inconscient reprend le dessus et on se gratte sans même s'en rendre compte. Au réveil, après une nuit sans repos, on ne peut que constater les dégâts.

Le conséquences de cette obsession se ressentent dans la vie sociale et amoureuse. On fuit le regard des autres, on n'ose plus se montrer en public, rencontrer de nouvelles personnes.

Le pire c'est que c'est un cercle vicieux: le stress induit par cette obsession empire les choses et les symptômes s'aggravent.


La bonne nouvelle c'est qu'une petite amélioration peut aider à sortir de ce cercle infernal: ça nous donne une aspérité sur laquelle s'accrocher, un espoir qui permet de réduire la pression. Accrochez-vous au moindre répit, au moindre soulagement: dites-vous que c'est le début d'une nouvelle vie.

La peau est souvent l'expression externe d'un problème interne. Consulter un psychologue peut vous aider à faire la paix avec vous-même, à améliorer l'image que l'on a de soi.

Une fois que c'est fait, assumer et éduquer son entourage: non ce n'est pas de ma faute, non ce n'est pas contagieux, oui je cherche la source du problème, me stigmatiser ne va pas m'aider.

0

Panier